Charles_Péguy_276.JPG

Le 276 RI et Charles Péguy

Le 276ème régiment d’infanterie (RI), régiment de réserve du 76ème, est basé à Coulommiers en 1914.

Il est composé de briards et de parisiens. Lors de la mobilisation le 2 août 1914, le régiment de réserve est constitué. Le 10 août 1914, les soldats montent au front dans des wagons à bestiaux, terminus à Saint-Mihiel où ils sont positionnés en seconde ligne. Sur la frontière, aux environs de Pont-à-Mousson, le régiment monte rapidement en première ligne et entre en contact avec l’ennemi.

La poussée allemande oblige le régiment à battre en retraite. Il reprend le train le 28 août à destination de Tricot en direction de Péronne dans la Somme. Le 30 août, pris sous un feu intense, comme toute l’armée, le 276ème se replie et parcourt en 3 jours 150 kilomètres sous la chaleur et la mitraille. Enfin, le 4 septembre au soir, il fait halte à Vémars

Puits "Péguy" Villeroy

C'est à ce puits, alors dans une ferme que Péguy et ses hommes se désaltéreront avant les combats

Lieu des combats où est tombé Péguy

Le 5 septembre vers 14 heures, la  19ème compagnie du  276ème régiment d'infanterie se réfugie à Villeroy dans un repli de terrain afin d'échapper à la canonnade allemande qui a démarré vers midi et demie à Monthyon. C'est le début de la bataille de la Marne.

L’armée française qui jusque-là reculait fait front. La brigade marocaine est envoyée sur le bois du Télégraphe où les allemands sont retranchés mais elle doit se retirer.

La 19èmecompagnie du 276ème régiment d’infanterie est envoyée pour la soutenir. Au cours de l’engagement, elle est en grande partie décimée : le capitaine et deux lieutenants (dont Charles Péguy) tombent au milieu de leurs hommes

Vous êtes invités à écouter le témoignage de Victor Boudon qui était à ses côtés en ce 5 septembre 1914.

Jusqu'au 10 septembre, le 276ème RI combat dans la région de Meaux et poursuit les allemands jusqu’à Soissons où se fige la nouvelle ligne de front. La guerre change de visage : les armées s’enterrent et les tranchées vont être le quotidien des poilus pendant les quatre années suivantes.

Le 276ème régiment d’infanterie

 

Le 276ème régiment d’infanterie (Coulommiers) est commandé par le lieutenant-colonel LEJEUNE. Le régiment est formé de 2 bataillons : le 5ème, commandant BONNET et le 6ème, commandant BATISTELLI, soit un effectif de 2.223 hommes dont 37 officiers, 184 sous-officiers et 2.002 caporaux et soldats.

 

Principaux engagements et combats :

1914 : bataille de la Marne

1915 : Crouy (Aisne). Offensive d’Artois : Ablain-Saint-Nazaire, Souchez, cote 119

1916 : Pontavert, bois des Buttes, bataille de Verdun, cote 304, Avocourt, Douaumont

1917 : Verdun

 

Le 276ème RI fut dissous le 17 septembre 1917 après avoir été reconstitué 8 fois ! Citation à l’ordre du Corps d’armée.

 

.            Voir l'historique du 276 RI en cliquant sur ce lien

La mort de Charles Péguy a marqué les esprits et rapidement de nombreux visiteurs viennent se recueillir sur sa tombe. Dès 1919, le guide Michelin propose un circuit qui passe par la Grande Tombe de Villeroy. Charles Péguy est inhumé à sa gauche

Voici cette Grande Tombe en 1918 et aujourd'hui:

Grande tombe de Villeroy 1918
Grande tombe Villeroy 2010

"Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle

Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles

Couchés dessus le sol, à :la face de Dieu

Heureux les épis murs et les blés moissonnés."  Charles Péguy.

Les hommes qui combattaient sous les ordres de Charles Péguy ont ignoré jusqu'au jour de sa mort qui il était.

 

Tous les ans, la famille de Charles Péguy vient se recueillir sur sa tombe .Depuis plusieurs années, des liens particuliers ont été tissés avec le musée. Ci-dessous, Michel PEGUY (à droite), petit-fils de Charles PEGUY, remet à Philippe BRAQUET (à gauche), le képi de son grand-père.

Képi de Charles Péguy

AU MUSEE SONT EXPOSES DE NOMBREUX OBJETS, DOCUMENTS ET SOUVENIRS

Michel Péguy et Philippe Braquet